THÈME DE L'ANNEE

THÈME DE L'ANNEE:"Connaître et aimer Jésus-Christ, Vrai Visage de la Miséricorde du Père"

mardi 10 janvier 2017

PELE-ENFANTS 2016 : SANCTUAIRE MARIAL D’ALLADA


LES PREPARATIFS DE DEPART

Il est bon pour des frères de vivre ensemble et d’être unis
Très tôt déjà, le soleil matinal émettait ses premiers rayons dans le quotidien du commun des mortels, ce 27 décembre 2016. De même, on entendant de tous azimuts marteler à grands bruits le sol  de la paroisse Sainte Thérèse de l’Enfant Jésus et de la Sainte Face de Godomey. Ils viennent tous rayonnant de joie, faisant éclater les pommettes. Quelle joie pour ces enfants de se rencontrer après les festivités de la Noël anticipée. Leur retrouvaille est un signe visible de la famille de Dieu de l’Eglise militante. Ils sont tous prêts pour l’évènement qui les réunit hormis ceux qui viennent de leur train de sénateur. C’est dans une douce euphorie que les accompagnateurs des enfants ont mis les arsenaux gastronomiques et autres dans le grand bus et mini bus loués pour la circonstance. Après les dernières retouches par ceux-ci, nous embarquâmes pour le sanctuaire aux environs de onze heures. Cette embarcation fut précédée par la bénédiction du père Curé de ladite paroisse, Hyacinthe ALLAGBE. Il n’a pas manqué avant l’envoi en mission des pèlerins de nous souhaiter un très bon temps de pèlerinage aux pieds de notre tendre Mère par Jésus. Sous la conduite de notre aumônier, le père Saturnin LAWSON, et Horace le stagiaire puis de deux séminaristes Martial et Médar de ladite paroisse, la délégation fut amenée au lieu-dit, sous le regard bienveillant de Dieu.

AU SANCTUAIRE


Notre arrivée, vers midi, fut sanctionnée par la marche missionnaire, de l’angélus puis du déjeuner. Après un laps de temps de répit, nous reprîmes les activités par la classe de chant et les animations culturelles. Il nous a été enseigné l’hymne du pèlerinage intitulée « chante les merveilles du Seigneur. Annonce tout ce qu’il a fait pour toi dans sa miséricorde ». Il s’ensuit alors de nombreux ballets exposants les beaux talents des enfants. Aux sons des tambours et des cymbales, les uns et les autres manifestaient leur joie en scandant les rythmes de gestes lents et précis, rapides par endroit. Aux voix des rossignols, les enfants ne ménagèrent aucun effort pour nous mettre la joie dans nos cœurs. Ces petits anges aux belles voix sont bien nés. Ils ne sont pas passés par quatre chemins pour dévoilés leurs précieux talents. Puis dans l’ordre et la discipline, les mouvements et groupes se succédaient dans le tour des passages. A la suite des ballets, des sketchs ont été présentés, regorgeant de nombreuses leçons. D’une part, nous pouvons retenir que la générosité doit être l’un des attributs de l’enfant et d’autre part l’enfant éviterait le mensonge quel que soit sa nature. C’est dans cette ambition que nous passions au panel sans transition.

CONFERENCE

Le panel fut animé par le père Anaclet LISBOA, un couple et deux enfants journalistes. Au cours de ce panel, le thème du pèlerinage « chante les merveilles du Seigneur. Annonce tout ce qu’il a fait pour toi dans sa miséricorde » fut bien éclairé par les interventions des uns et des autres. Ce thème est apprécié étant le plus merveilleux parce que riche dans sa densité. Les intervenants nous invitent à reconnaître les merveilles de Dieu reçues dans notre vie. La toute première merveille que nous recevons est bien sûr le don de la vie. Nous bénéficions gratuitement sans une contrepartie le don de la vie. Tout être ayant le souffle en lui est appelé à un acte de reconnaissance. Cet acte est l’attitude des sages. Louis Schweitzer renchérit « la reconnaissance est la conscience des dons et des cadeaux que j’ai reçus… c’est l’attitude de celui qui sait qu’il a beaucoup reçus ». La reconnaissance envers le Seigneur doit être d’une façon permanente. Car en toutes circonstances- joies et peines, bonheurs et malheurs- Il nous assiste en nous protégeant. Et pourquoi alors ne devrions-nous pas Lui rendre grâce ? Ne pas le faire serait un acte d’ingratitude. Car qu’avons-nous que nous n’ayons reçu, disait St Paul aux corinthiens. Quant à nous, « Enfants missionnaires », ce qui nous revient à faire est de nous « constituer apôtres pour proclamer son amour et annoncer sa bonté afin de donner à tous la possibilité d’expérimenter sa miséricorde» (le père Anaclet LISBOA). Le panel finit en faisant place au goûter puis au chapelet missionnaire.

LA MESSE DU PREMIER JOUR

La messe commença au crépuscule du soir. Le prédicateur dans son homélie n’a pas manqué de mettre l’accent sur l’écoute. L’écoute est l’une des plus grandes vertus à cultiver. L’enfant a pour vocation d’écouter. L’écoute est la clé de réussite en toute vie. Car il y a dans la vie de l’existence humaine un temps destiné à chaque chose. Il y a le temps de l’écoute et le temps de mise œuvre de ce qui a été reçu. L’enfant qui écoute soigneusement les bons conseils de ses parents, maîtres et prêtres est un être en marche vers son accomplissement. L’écoute est nécessaire en toute chose. Avant la bénédiction finale, le célébrant exposa le Saint Sacrement. Tous en prière, nous nous laissâmes replonger dans la méditation de la Parole de Dieu. Après la messe, l’agape prit place avec la confession. C’est dans une telle harmonie que prit fin notre première journée missionnaire.

LE DERNIER JOUR 


Réveillés de nos sommeils le matin du 28 décembre, nous fîmes nos toilettes respectives. Les moins courageux préfèrent s’abstenir de l’eau fraîche pour le vidi aquam classique, harmattan oblige!. Le petit déjeuner ne s’est pas fait attendre grâce au dynamisme de nos chères mamans et quelques responsables féminins dévoués à la tâche. La prière matinale, la classe de chant puis la catéchèse s’en sont suivis. Quelques minutes avant la messe, notre archevêque Roger vint au centre marial. Il fut accueilli dans des chants et des danses. Après son bref passage dans la chapelle, il s’apprêta pour la célébration eucharistique. La procession s’ébranla. Lors de son homélie, il n’a cessé de nous prodiguer de sages conseils. Vous les enfants, vous devez être obéissants. Il ne coûte absolument rien de ne point obéir. La désobéissance nous éloigne de Dieu, puis de nos parents. La désobéissance fut jadis le péché commis par nos premiers parents, Adam et Eve. Le malin aime ceux qui désobéissent à Dieu. Il les met sous sa juridiction. Comme nous, nous n’appartenons pas au malin, mais plutôt à Dieu par notre baptême, nous sommes appelés à vivre comme ses enfants. Les enfants de Dieu vivent dans la lumière apportée par l’Enfant Jésus. Que par la venue de Jésus en ce monde, tous les êtres humains cultivent la lumière éternelle, maintenant et toujours. A l’issu de la messe, les pèlerins prirent le repas. L’arrangement des lieux fut la dernière activité effectuée. Dans les chants, nous nous dirigeâmes vers nos bus respectifs pour le retour. Sainte Thérèse nous accueillit des mains de la Vierge Marie vers les environs de seize heures. Les cœurs des uns et des autres furent apaisés à la vue des enfants innocents tous transfigurés. Vive le pelé-enfants !!!
Vive les enfants de Maman Marie, qu’elle prie pour nous et prie avec nous.
De tous les enfants du monde, toujours amis.
Que Dieu nous protège et guide nos pas pour la 22ème édition.

Médar Richard ATINDOGBE, Grand  Séminariste de la paroisse
au Grand séminaire  saint Paul de Djimê.